02-04 novembre 2022

Accueil

Éditos


Edito de Jeanne Herry et Olivier Nakache, Co-Présidents de L’ARP

Depuis nos dernières Rencontres, en ce même lieu, beaucoup a été fait ! Cette année a en effet été riche et intense avec la signature de nombreux accords par la filière : CANAL+ a confirmé son soutien massif au cinéma français, M6 a rejoint TF1 et France Télévisions avec un accord vertueux, OCS a confirmé son engagement, une chronologie renouvelée a vu le jour, et, pour la première fois, une plateforme de SVOD, Netflix, a signé un accord avec la profession. Ces partenariats ont permis de renforcer le financement du cinéma français, d’intégrer les plateformes à notre écosystème en les faisant participer à la création indépendante, d’ouvrir une réflexion plus vaste sur le cinéma, sa diffusion et les usages des spectateurs.

Ces étapes étaient clés mais les défis sont encore multiples : parachever l’intégration des plateformes, renforcer l’indépendance de la création et la liberté créative des auteurs, garantir notre souveraineté culturelle, consolider le tandem auteur-producteur, favoriser la prise de risque, recréer un lien fort avec le public,…

Portée par une création française et européenne forte, la fréquentation dans les salles françaises fait preuve d’une certaine résilience comparée aux autres marchés européens. Quel rôle doit jouer la diversité de la création et de la diffusion pour sortir le cinéma français de la crise ? Quelle politique pour encourager la prise de risque, accompagner les sociétés fondées sur un modèle vertueux, ou encore créer du lien avec le public ? Comment limiter le mouvement de concentration, comme celui de bipolarisation du cinéma français ?

Comment garantir notre souveraineté culturelle alors que l’on observe des stratégies de contournement de notre cadre législatif et de prédation sur nos actifs culturels stratégiques ?

Dans ce contexte où la diversité de la création et la souveraineté culturelle sont des enjeux clés, notre attention est plus que jamais tournée vers l’engagement de l’Etat pour un audiovisuel public fort et indépendant, garant d’une création diversifiée, d’un accès large et gratuit à des œuvres et programmes de qualité.

Ces dernières années ont été intenses. Mais elles ne doivent pas nous faire oublier les menaces qui pèsent toujours sur l’indépendance de l’auteur et de la création, pourtant nécessaire pour que nous puissions porter un regard critique et le proposer aux spectateurs.

De tous ces débats, émanent finalement deux questions : Quelle politique culturelle pour demain ? Quelles solutions pour réinventer et consolider notre secteur ? Les Rencontres Cinématographiques ayant toujours été le lieu de rencontres privilégiées entre pouvoirs publics et professionnels, nous sommes heureux de vous compter nombreux pour mener collectivement cette réflexion prospective essentielle au rayonnement et au renouvellement de notre cinéma.

Merci encore à la Ville du Touquet-Paris-Plage et à la Région Hauts-de-France de nous offrir un cadre si propice à ces échanges, sûrement fructueux en faveur de notre cinéma, et de notre diversité culturelle.

Excellentes Rencontres à toutes et tous !

 

Crédits photos : Jimmy Seng / Arno Lam


Edito de Mounia Meddour et Thomas Lilti, Co-Présidents des Rencontres

Nous nous trouvons à un moment charnière.

Le cinéma traverse une crise durable. Certains parleront de survie. Mais quelle crise ne s’est jamais résolue en deux années seulement ?

Avec optimisme, nous préférons parler d’envie. Envie de raconter des histoires, envie de leur donner vie, envie d’en voir : cette envie est immense, irrépressible et il ne tient qu’à nous de la faire fructifier pour maintenir un lien fort avec le spectateur.

Cette année a d’ailleurs permis de poser des jalons essentiels : de nombreux accords avec la filière (CANAL+, Netflix, OCS, TF1, M6, chronologie des médias) ont renforcé notre écosystème de production et de diffusion, même si des défis restent encore à relever.

Nous nous trouvons à un moment charnière. Mais comme toujours dans le cinéma. Car il s’agit d’un organe vivant, qui s’invente et se réinvente, enchante et désenchante, tente et, parfois même, se plante.

Cette crise, qui n’est ni la première, ni la dernière, est ainsi l’opportunité de s’interroger sur notre écosystème, sur les équilibres à l’œuvre, sur notre manière de créer, de produire, de distribuer. Lorsque l’on voit tous ces jeunes auteurs, réalisateurs, producteurs, émergents, prêts à se lancer, pleins d’idées, parfois inquiets sur leur avenir, nous ne voulons qu’une chose : leur donner confiance, promouvoir leur élan, les voir éclore. Il nous faut donc continuer à travailler, pour que le cinéma indépendant et diversifié continue de briller dans le regard des spectateurs.

Nous sommes donc immensément fiers et heureux de co-présider cette 32e édition des Rencontres Cinématographiques de L’ARP, qui promet des échanges précieux pour reconstruire, imaginer, réfléchir et porter haut le cinéma de demain.

 

Crédits photos : Olivier Vigerie / Philippe Quaisse


Edito de Rima Abdul-Malak, Ministre de la Culture

32èmes Rencontres de L’ARP 2022

Depuis 35 ans, la Société civile des Auteurs Réalisateurs Producteurs, L’ARP défend la diversité de la création, l’indépendance des acteurs de la filière cinématographique et la liberté d’expression, dans la continuité des engagements portés avec force par ses membres fondateurs.

Ces deux dernières années ont été marquées par les soubresauts de la crise sanitaire mais il est important d’en retenir aussi notre capacité collective à réinventer le modèle de protection et de soutien à la diversité du cinéma : fonds d’indemnisation qui a permis à la France d’être le premier pays à reprendre les tournages dès le 1er juin 2020, nouvelle chronologie des médias, transposition ambitieuse du décret SMAD, réformes de l’avance sur recettes, de l’aide aux cinémas du monde, du fonds de soutien à l’export, etc. 

Cette nouvelle ambition résulte d’objectifs partagés entre l’Etat, les Collectivités territoriales et l’ensemble de la filière. A un moment où les plateformes américaines ont accéléré leur montée en puissance, nous avons su rassembler nos forces pour consolider un environnement artistique, économique et réglementaire qui favorise la liberté et la diversité de la création, et fait vivre des œuvres singulières auprès de tous les publics, en France comme à l’international. 

Depuis deux ans, l’Etat n’a jamais été aussi présent pour déployer les aides nécessaires à tous les maillons de l’écosystème : auteurs, producteurs, exploitants, distributeurs, … 

L’année 2023 s’annonce tout aussi décisive. Aux côtés de l’arsenal de soutiens qui fait la force du modèle français (dispositifs du CNC, mécanismes fiscaux, obligations d’investissement des diffuseurs), aux côtés également du Pass culture, désormais étendu au collège et au lycée, et des actions d’éducation à l’image, l’Etat déploiera de nouveaux investissements via le plan France 2030, en faveur de la formation des futurs talents et du développement des infrastructures de tournage et de post production. 

Les acteurs de la filière se posent en ce moment de nombreuses questions : sur l’évolution du travail de création et sur son financement, mais aussi sur les attentes du public et notamment celles des spectateurs qui n’ont pas retrouvé le chemin des salles. Les Rencontres de L’ARP sont l’occasion, cette année encore, d’enrichir ces débats et de se projeter dans l’avenir. 

Je me réjouis de pouvoir échanger avec vous tous et je tiens, en amont, à remercier les co-présidents des Rencontres, Mounia Meddour et Thomas Lilti, ainsi que les équipes et les membres de L'ARP, pour leur engagement au quotidien au service du cinéma français et de la création européenne.

 

Crédit photo : MC / T. Chapotot


Edito de Dominique Boutonnat, Président du CNC

Les Rencontres de L’ARP sont l’occasion de revenir sur les fondamentaux de notre cinéma.

L’ambition, d’abord, parce que la France est une grande terre de cinéma quand on considère son histoire, ses cinéastes, ses professionnels passionnés, ses récompenses dans les plus grands festivals internationaux dont dernièrement, à la Mostra, pour Saint-Omer d'Alice Diop, son savoir-faire technique, ses formations d’excellence, le maillage territorial de ses salles…

La diversité, ensuite, parce que c’est ainsi que nous concevons la création. Le soutien du CNC et des pouvoirs publics au cinéma, qui n’a jamais été aussi soutenu, a permis à la diversité du cinéma de continuer d’exister grâce à un tissu d’entreprises de toutes tailles, qui ont continué de créer des œuvres ambitieuses et au rayonnement mondial, cela malgré les années de crise sanitaires que nous venons de traverser. Cette diversité bien sûr est aujourd’hui fragilisée par les conséquences de la crise : elle est donc au cœur de notre réflexion actuelle, avec les organisations professionnelles.

Troisième pilier : l’indépendance, fondement de tout notre modèle et de la liberté artistique dans notre pays. Cette indépendance, nous l’avons protégée, avec les soutiens financiers du CNC, bien sûr, mais aussi en créant un nouveau cadre réglementaire et de régulation pour intégrer des plateformes à notre écosystème de financement des œuvres.

Enfin, l’ouverture au monde. La France et ses professionnels du cinéma poursuivent leur tradition d’accueil et de collaboration avec des cinéastes du monde entier venus dans notre pays pour trouver un espace de liberté d’expression, de travail, de coproduction dans le pays le plus ouvert aux autres cinématographiques.

Voilà ce qui guide le travail du CNC pour apporter des réponses aux défis du secteur, et ils sont nombreux : retour de tous les publics en salle, maintien de la diversité de l’offre et de la production, diversification des sources de financements, renforcement de la distribution, accompagnement, au-delà de la crise énergétique, de la filière dans sa transition écologique…

Pour conclure, et avant de vous souhaiter à tous d’excellentes Rencontres, je tiens à saluer L’ARP et sa mobilisation qui, année après année, permet de nourrir notre réflexion pour des actions sur le court, moyen et long terme.

Excellentes Rencontres de L’ARP !

 

Crédit photo : Govin Sorel


Edito de Daniel Fasquelle, Maire du Touquet-Paris-Plage, Président du Comité Régional du Tourisme des Hauts-de-France

Bienvenue aux 32èmes Rencontres Cinématographiques de L'ARP au Touquet-Paris-Plage !

Le Touquet-Paris-Plage a l’honneur d’accueillir au Palais des Congrès, pour la seconde année consécutive, les Rencontres Cinématographiques de L’ARP. 

Nous sommes ravis que les acteurs de l’audiovisuel et du cinéma aient été séduits, l’an passé, par la situation privilégiée entre mer et forêt de notre station et qu’il ait choisi la nature et l’élégance du Touquet-Paris-Plage pour ce deuxième rendez-vous annuel.

Les réalisateurs, producteurs et l’ensemble du paysage audiovisuel et cinématographique avaient, à juste titre, été sensibles à la beauté naturelle de notre plage, ainsi qu’à l’atmosphère feutrée et intimiste qui se dégage des allées forestières de la station, où se nichent d’incroyables villas : le cadre ici, naturel et préservé, est idéal pour les projets cinématographiques en tous genres.

Toute la région des Hauts-de-France et tout particulièrement notre station sont en effet naturellement des lieux de tournage qui se prêtent à merveille à tous types de projets : courts ou longs métrages, clips musicaux, shootings publicitaires, reportages ou jeux TV…

Bienvenue au Touquet-Paris-Plage ! L’ensemble du Conseil Municipal et des Touquettois remercient L’ARP et souhaitent à tous d’intenses débats, de beaux moments de partage et de belles Rencontres Cinématographiques, au Touquet-Paris-Plage.

 

Crédit photo : Ville du Touquet


Xavier Bertrand, Président de la Région Hauts-de-France

Depuis plus de trois décennies, les Rencontres Cinématographiques de L’ARP sont un moment essentiel de débats et d’analyses pour l’avenir du cinéma français.

Je suis heureux que pour la deuxième année consécutive, ses organisateurs aient à nouveau choisi les Hauts-de-France pour nourrir ces réflexions.

Avec le FIFAM d’Amiens, le Festival d'Arras, CinéComédies ou encore Séries Mania à Lille, qui figurent parmi les grands évènements que nous soutenons, les Hauts-de-France sont en effet une grande région de cinéma.  La Région est aussi engagée dans la production avec sur son territoire les studios d’image parmi les plus innovants d’Europe ainsi que des filières de formation d’excellence pour les jeunes talents. Par son soutien reconnu à cette industrie de la création et à la diffusion des films de tous les genres et pour tous les publics sur l’ensemble de son territoire, notre Région prend ainsi toute sa place dans la défense et la valorisation de notre modèle français et sa particularité.

Comme tous les secteurs d’activité, comme toutes les industries, le cinéma et la création audiovisuelle sont confrontés à de grandes mutations. La pression des plateformes internationales de diffusion, par exemple, questionne de façon cruciale la place essentielle de la création indépendante qu’il nous faut bien sûr absolument défendre et faire rayonner au-delà de nos frontières. C’est, comme nous y œuvrons en Hauts-de-France, en valorisant nos talents, en leur permettant de se former à l’excellence, en soutenant aussi partout des manifestations mettant en avant la diversité des productions et en favorisant la rencontre avec le public, que nous y parvenons.

Par la qualité et le niveau d’expertise de ses participants, les Rencontres de L’ARP apportent à ce titre au monde de la création audiovisuelle une contribution précieuse et absolument indispensable à cet objectif commun.
Je souhaite à toutes et à tous à nouveau la bienvenue en Hauts-de-France, de bonnes projections et de bons débats pour l’avenir de notre cinéma.

 

Crédit photo : Région Hauts-de-France


Propulsé par FestiCiné